Rats de Cave.

Rats de caves obscures
Sortez au-devant de la Lumière
Inondant vos curs
Arpentés de vains désirs

 Joie céleste!
 Origami terrestre

Âmes pliées dans des papiers charnels
Jouant parfaitement vos pantomimes en chur

 Orchestre divin
 Échoué sur Terre!

Corbeaux jacassants
Croyez-vous à vos désirs sentencieux
Prononcés comme des automates autodidactes
Que vous imaginez avoir fabriqués?

Qu'êtes-vous, pantins,
À qui l'on dit qu'ils sont libres
Des fils qui pendent à leurs manches?

Regardez le chant mystérieux
De la plume du Loup
Enflammée de la passion
De la Louve adorante

 Merveilles des Images
 Sous-verraines!

Magnifique il du bourdon
Résonnant à l'unisson de l'écho céleste.

Ô ma Mie, aperçue dans le transparence d'un songe
 Où es-Tu?
 Qui es-Tu, Divine Enfant ensorcelante,
Dont j'ai sauvé
La peau noire des mâchoires de pierres
D'une avalanche meurtrière?

Je ne connais ni Ton nom ni Ta voix
Mais je chante Ta Beauté d'ébène éblouissante
Ô Rayonnement vertical vibrant d'amour!

Las! Pour Te conquérir,
J'use de moyens malhonnêtes
Je marchande une de ces illusions de temps
Au prix d'esclave
Pour respirer quelques vapeur de Ton parfum
Pour Te regarder
Pour entendre le chur secret et subtil
De nos vibrations...

Misérable! Que ne me rendé-je
Digne d'accueillir Ta chaude présence en ma demeure
Plutôt que de troquer
Ma liberté pour un rêve?

Je suis    Ton chevalier
 Ton ménestrel
 Ton bras et Ton cur
 Ta bouche et Ton il

Viens, puisse ma vie
Être le fleuve qui Te porte

Puissions nous nous éteindre
À cette folie menteuse
Et à nouveau nous étreindre!

À Toi, que j'ai croisée pour Te recevoir.