Courrier des lecteurs :

Sur l'affaire ummo-sciences et l'interpretation des lettres ummites.
Humour ummite et jeux d'esprit terrien. Correspondances avec les philosophies compatibles

 
Sujet : humour ummite et jeux d'esprit terrien
Date : 10 août 2003
Bonjour monsieur Vadeker,

Une information donnée la liste (ummo-open) :

un peu d'humour en cherchant de la tetravalance je tombe (D 77 ) sur :
http://www.ummo-sciences.org/fr/D75-D81.htm

"Pour des actes normaux de la vie quotidienne, ce principe artificiel bipolaire ou bivalent (Ndt : du tiers exclu), est valable ou utile (vous ne faites pas non plus, au marché, des corrections relativistes sur la masse d'une marchandise déplacée du commerçant vers le client)."

Et sur votre site une référence à un texte donne à peu pres la même remarque avec toute la demonstration :
Explication du raisonnement de sens commun par le site ethno7
http://fr.msnusers.com/ETHNO7/0raisonnementdesenscommun.msnw
"Lorsqu’on désire acheter un kilo de pommes, on ne dit pas : « donnez-moi l’équivalent en poids d’un litre d’eau ». On utilise l’allant-de-soi kilogramme comme référence, et on ne se balade pas avec son litre d’eau chez les commerçants pour prouver mathématiquement le poids du kilogramme."

Est-ce que cela veut dire que les ummites sont des ethnométhodologues ?



De : Mel Vadeker
Re : Humour ummite et jeux d'esprit terrien
Date : 11 août 2003
(ajouts et correctifs le 13 aoüt 2003)

En effet si on lit attentivement la lettre D77
(site ummo-sciences.org)
http://www.ummo-sciences.org/fr/D75-D81.htm

et quelques commentaires sur l'axiomatique (voir la liste introductive sur la frame de gauche)
Ethno7, site des étudiants en ethnologie de Paris 7
http://fr.msnusers.com/ETHNO7/0raisonnementdesenscommun.msnw

et particulièrement ici ou l'on remarque les liens avec d'autres courants de recherches compatibles avec la philosophie des lettres ummites :
Article court "Qu'est-ce que l'ethnométhodologie"
http://perso.club-internet.fr/vadeker/transdisciplinaire/vulgum_em_02.html

SBF avait raison, les preuves s'accumulent jour après jour. Les fanatiques de la première heure auront du mal à s'en remettre, et je ne parle même pas des propagandistes qui ont voulu m'impliquer dans la controverse. De toute façon, les recherches les plus sensibles se déroulent à huis clos, en dehors du tapage médiatique et parascientifique de la liste ummo-sciences. Une petite note d'esprit qui risque de glacer le sang des idolâtres et des fanatiques : le meilleur est à venir et cela ne viendra pas de moi.

Je ne vais pas répondre en détail à cette question qui soulève une fois de plus la polémique sur les positions de SBF sur la liste ummo-sciences. Nous sommes quelque uns à étudier la question et plusieurs spécialistes des lettres ummites partagent la même opinion que vous. Il existe un lien entre les remarques de SBF, l'ethnométhodologie(s) en tant que science(s) unitaire(s) des fondements de la connaissance (i.e. théorie cognitive devenant sa propre métathéorie et se redéfinissant perpétuellement dans son propre champ d'application et de définition ) et la conception (redaction et méthodes de diffusion) des lettres ummites. Ces lettres constituent un corpus occasionnels de données pour des lecteurs occasionnels. C'est une terminologie ethnométhodologique qui simplifie l'explication, ce corpus est alors envisagé comme interface de contrôle ethnologique pour véhiculer des idées. Toute la modélisation théorique de cette stratégie est connue des spécialistes, la démonstration repose essentiellement sur des concepts épistémologiques qui sont autant d'invariants cognitifs difficilement contestables (concepts cardinaux de sens commun ou opérateurs ethnométhodologiques). Il faut des années pour comprendre la théorie et surtout de l'expérience pour l'appliquer sur le terrain ou pour construire des applications adaptées aux contextes. Ce n'est pas accessible à l'ufologue de base qui répugne à faire un effort prolongé vers ces postures de la  recherche fondamentale et appliquée ( en sciences de l'homme, épistémologie et sciences cognitives).

Le point de débat n'est plus de dire si les lettres ummites sont ou ne sont pas conçues comme une référence manifeste à quelques courants epistemologiques ( en particulier une approche compatible avec l'ethnométhodologie radicale nominaliste) mais de voir s'il est possible de comprendre s'il s'agit d'un courant de pensée terrien ou d'une culture supposée extraterrestre (ce qui reste une hypothèse de travail).

Il n'est nullement question de succomber comme tous ces "ufologues"  à l'esprit fragile aux élucubrations non étayées, aux idées trop simplistes, à l'empressement de construire des scénario basés sur des inductions non maîtrisées et non localement définies. Inductions qui pour la plupart des cas sont données comme postulats universalistes sans aucune maîtrise des philosophies sous-jacentes. Il y a donc une nécessité de rigueur méthodologique et de synthèse épistémologique, ce qui n'a pas eu lieu sur la liste ummo-sciences malgré les efforts des prêcheurs et des idéologues qui manifestement subissent le décalage avec les recherches des groupes d'analyses alternatifs.

C'est plutôt une situation pathétique qui si elle perdure risque d'accroître les clivages. Les scientifiques que j'ai contactés se demandent même s'il est possible de dialoguer encore avec les fanatismes de l'orthodoxie interprétative ummite. Rien n'est moins sur, alors ils continuent en gardant pour eux ce qu'ils savent. C'est bien regrettable. En participant à quelques débats interne à la sphère ufologique j'ai vu les réflexions et les critiques diverses, il y a vraisemblablement beaucoup de choses à dire sur les lettres ummites et les déclarations de SBF. Des idées constructives, des hypothèses de travail.

Le cirque fait autour des propositions de SBF a pour cause principale, une volonté de masquer une évidence, un pan entier de recherche sur les théories unitaires qui se prennent elle même dans leur champ d'étude (métathéories). Révéler une ignorance n'est pas chose aisée mais remettre en cause une idéologie et un dogme consécutif d'une interprétation limitée aux seules considérations ethnocentriques est plus difficile. Les ummites dans leurs écrits le disent eux-mêmes, il suffit de lire attentivement certains passages et de construire la correspondance avec les philosophies terriennes compatibles. Il suffit de suivre les indices posés comme condition de recherche.

SBF a fait le premier pas, une guerre des idées a ensuite eu lieu, qui pour moi s'apparente à une guerre de religion. Je vous passe les détails de la guerre secrète, cette cybertraque annoncée pour mettre fin à ces agissements, pour le mettre à découvert ou peut être pour disséquer son cerveau et en extirper les secrets. Au lieu de se contenter de vérifier ses propos, on cherche ailleurs, là on est sûr de ne rien trouver.

Quelques ufologues influents et auto endoctrinés par la lecture des lettres n'ont plus cette distance pour faire la synthèse avec l'existant. Encore un autre constat déplorable. L'accumulation des révélations de toutes sortes depuis quelques mois a beaucoup remué les esprits des scientifiques étudiant les lettres ummites, et on doit cela essentiellement aux propos tenus pas SBF. Il provoqua un choc culturel salutaire, une ouverture vers d'autres horizons et ne contredisant en rien les positions classiques.

On peut toujours denigrer SBF et dire qu'il n'y a rien, mais avec le temps ces répliques cinglantes sans fondements risquent d'embarrasser leurs auteurs. Les preuves s'accumulent d'un coté et l'obscurantisme évolue de l'autre. Ce n'est pas moi qui le constate, ce sont des réflexions unanimes de scientifiques engagés dans l'analyse des lettres ummites depuis des décennies, et même une trentaine d'années pour quelque uns. Un débat est-il encore possible ?

Qui a t-il autour des lettres ummites ? Un cirque abominable, ce lieu des confrontations steriles entre sceptiques et adeptes, une guerre religieuse pour la suprématie de le représentation de la bonne pensée, et pire encore, une idolâtrie de mauvais goût pour plaire aux ummites qui doivent regarder cela avec un grand intérêt anthropologique. Cela fera encore une expérience psychologique à mettre à leur actif.

On peut juger du seul contenu des lettres sans pour autant faire appel à un sentiment de foi, à cette croyance en l'extraterrestrialité des propositions. C'est plus facile à dire qu'a faire. J'ai bien vu que cette foi avait une influence néfaste sur le jugement. J'ai lu des analyses involontairement orientées pour conforter cette conviction premiere qui reste avant tout une position psychologique inconsciente ou non remarquée. Cette prise de distance nécessaire et vitale pour construire le jugement est parfois défaillante chez l'ufologue de base. Le spécialiste ufologue scientifique devrait méditer sur cette faille dans le raisonnement analytique.