Courrier des lecteurs :

en réaction à ma lettre "je ne suis pas un supplétif"

Premières réactions sur les commérages relatifs à ma personne et émanant de la liste ummo-sciences
 
 

message d'un membre de la liste ummo-sciences

------- Message d'origine -------
De : XXXXXXXXXXXXXXXX
Sujet : une petite question
Date : Sat, 2 Aug 2003

Salut !

etant donné qu'il ya des chances pour que vous soyez conscient de certains mecanismes pscyhologiques je me permet de contester un de vos comportement : Pourquoi , sachant que les personnes n'ayant pas les attitudes adequates face a l'information ne pourront l'avoir qu'apres une refonte de leur systeme de croyance , vous justifiez vous inutilement sur votre identité de toute facon inverifiable par beaucoup ?
[ ... ] ( la suite du message n'a aucun rapport avec la question )


De : Mel Vadeker
Sujet : RE : une petite question
Date : 4 aout 2003

Bonjour,

Cela prend l'allure d'une guerre de religion. J'essaye de faire le point, sur les conséquences des divers événements qui ont eu lieu sur la liste ummo-sciences. Si je suis virulent sur mon site, c'est en réaction à ces rumeurs qui émanent de la liste. Mes positions visent essentiellement les amateurs de sensations fortes qui fantasment gratuitement sur moi.

Je sais qu'il est impossible d'étouffer certains potins. J'explique ce qu'il m'arrive, pour illustrer ma vision personnelle du cyberespace. Les gens pourront continuer à croire ce qu'ils voudront. Moi je continue mon travail, cela sera un autre épisode plutôt étrange de mes péripéties.

Pour la première question.

Je ne me justifie pas vraiment sur mon identité, j'explique que je n'ai rien à voir là dedans et si des listeurs insistent pour connaître les dessous des cartes, ils n'ont qu'a voir ceux avec qui j'ai eu des échanges sur l'affaire ummo-sciences depuis maintenant 3 mois. Ils veulent des preuves alors que le sujet ummo ne me concerne pas directement. Les preuves, ils les trouveront sans peine dans les groupes d'analyses alternatifs qui ne participent pas à la liste ummo-sciences, si ces groupes veulent bien sûr donner leurs résultats. J'ai même rencontré physiquement un chercheur, alors faut pas trop me demander. Je veux bien aider mais il ne faut pas pousser.

Qu'est ce que l'anthropologie ? Quels sont les méthodes de l'ethnologie ? Y a-t-il une unité épistémologique dans l'étude des sciences de l'homme, dans l'étude du champ complet de la connaissance humaine et des manifestations de ces connaissances dans l'action [note : il s'agit de l'émergence des pratiques sociales des membres qui utilisant leurs connaissances de sens commun constituent cette même cohésion sociale]. Voilà des sujets à travailler pour ceux qui veulent bien faire avancer le débat. Je ne vois pas en quoi les ragots et les commérages de concierges peuvent aider les fanatiques de la liste ummo-sciences à avancer.

J'ai un autre problème, j'ai appris pas mal de choses mais je ne sais pas vraiment comment en parler sans dévoiler la vie privée de mes interlocuteurs. Je vous passe les détails de l'audit de mon site et les interminables discussions sur mes recherches, objet de tous les fantasmes.

Mon autre motivation et de retrouver SBF, de lui demander de me contacter pour poursuivre les échanges. Il a balancé des idées et disparu sans laisser d'adresse, en brouillant les pistes au maximum. Ce qui a laissé beaucoup de gens frustrés.

En expliquant que nous avons réussi à démêler ses idées, j'espère qu'il continuera à nous fournir des informations, c'est aussi simple. Je pense qu'il s'agit de l'un de mes anciens correspondants, sans toutefois en avoir une preuve formelle, nous sommes plusieurs à avoir fait le lien entre lui et une poésie de mon site datant de 1996. [note : la poésie en question est signé Brundle et elle cadre avec le style de pensée de SBF] A cette époque je m'intéressais encore à l'I.A. et aux applications informatiques en sciences cognitives.

Ce qui m'exaspère, c'est l'arrogance, la suffisance de quelques bonimenteurs mal intentionnés qui lancent des suppositions gratuites dans l'intention délibérée de semer la zizanie. Ils lancent une requête dans un moteur de recherche, lisent une page et se disent prêt à débattre de choses qu'ils ne comprennent pas. C'est vraiment trop fort, et encore plus si cela touche ma personne. Dernière nouvelle, je serais l'auteur d'un traité de marketing sur les psychovirus, n'importe quoi ! Ma spécialité c'est les sciences de l'homme, les sciences cognitives et l'intelligence artificielle.

Ce genre de plaisir à colporter des ragots est maladif, s'il y a des psychologues dans la salle, ils doivent étudier cela avec beaucoup d'intérêt. Moi je n'ai pas le temps pour cela. Mon identité fut vérifiée par ceux qui ont un intérêt à le faire (je vous passe les détails), mon histoire personnelle communiquée à quelques personnalités impliquées dans les querelles de l'affaire ummo-sciences. C'est tout ce que je peux dire, je ne vais quand même pas faire de l'exhibitionnisme pour faire plaisir aux curieux.

Mon travail de recherche est concret : je m'intéresse à ce qui touche la phénoménologie de la perception et aux procédures implicites de sens commun qui font que les gens (individus ou groupes sociaux ) arrivent à gérer leur vie et à survivre. Les recherches herméneutiques sur les corpus de connaissances vastes ne sont pas pour moi un sujet de recherche prioritaire, même si j'ai fait des travaux sur les hypertextes et les ethnométhodes d'interprétation au cinéma et en littérature.

Qu'est-ce que je pourrais dire pour finir, un message ouvert pour les gestionnaires de la liste ummo-sciences :

"Je ne cherche pas à détruire la liste, je ne cherche même pas à prouver que les lettres ummites sont (ou ne sont pas) d'origine extraterrestre ou terrienne. Je donne seulement mon interprétation de l'affaire ummo-sciences, la partie qui me touche indirectement. C'est mon droit le plus élémentaire, j'utilise ma liberté d'expression pour expliquer comment j'ai vécu cette histoire. C'est aussi un devoir d'anthropologue que de restituer en contexte les événements de son histoire personnelle."
 

Cordialement.

M.V.

ps : Cette lettre sera disponible sur mon site car je n'ai pas le temps de construire une argumentation sophistiquée. J'utilise comme toujours mes réponses pour prouver mes intentions.