Courrier des lecteurs :

A propos du conflit autour d’Ummo. Retour sur l’affaire Seth. Litiges sur la diffusion et l'exploitation des documents au sein des diverses communautés virtuelles
 



> De: "Yannick"
> A: mel.vadeker
> Objet: Petite question à propos du conflit autour  d'Ummo
> Date: Sat, 07 Jan 2006
> Bonjour,
>
> Je m'intéresse vaguement à l'affaire "Ummo", je
> dis bien vaguement, car vous savez très bien (et
> bien mieux que moi) que c'est une histoire
> extrêmement complexe et fouillie. Jean-Pierre
> Petit écrit sur son site « [le] forum
> [Ummo-Sciences], vite infiltré par des gens dont
> nous connaissions les accointances avec l'armée
> et les services secrets français, il devint
> rapidement exécrable. En 2002 ou 2003, ceux qui
> avaient suivi ce forum dès ses débuts s'en
> souviennent, Holbecq censura la phrase d'un des
> intervenants, qui avait fait cette allégation dans un post. »
> (JPP soutient même qu'AJH est plus ou moins lié
> avec un service secret étatique, mais passons --
> et d'ailleurs vous devez avoir déjà entendu cette rumeur)
> Je me demandais simplement si vous sauriez si la
> personne ayant tenu ces propos serait par exemple
> le fameux Seth ou son acolyte Duncan. (Je serais
> curieux de lire ce message au cas où vous
> l'auriez archivé, mais je n'exige bien entendu rien du tout de votre
> part.)
> Notez que je ne veux vous obliger en aucune
> manière et je comprendrais totalement que vous ne
> souhaitiez pas me répondre sur cette question.
> C'est d'ailleurs une demande qui est d'une
> importance relativement faible (bien qu'elle me
> permettrait néanmoins de dissiper quelques nuées
> quant à un point de cette histoire).
>
> Je peux vous faire une rapide résumé de la
> situation autour d'Ummo-Sciences et de JPP qui
> vous permettrait très rapidement de reccueillir
> d'éventuelles nouvelles informations (pas très
> passionnantes, je dois l'avouer) :
> - la liste Ummo-Sciences poursuit son
> effondrement, un groupe restreint de personnes
> discutent encore de logique tétravalente mais à
> un niveau en moyenne assez modeste
> - JPP veut créer un site à propos de l'affaire
> Ummo qui permettrait de "libérer" les lettres
> ummites emprisonnées par Copyright dans le site
> Ummo-Sciences (je résume :  href=http://www.jp-petit.com/OVNIS/
>http://www.jp-petit.com/OVNIS/ADUMMO.htm>http://www.jp-petit.com/OVNIS/
> ADUMMO.htm
> - la guerre JPP vs. AJH a repris à un niveau très
> mesquin
> ( href=
>http://www.jp-petit.com/SAVOIR_SANS_FRONTIERES/tentative_discredit.htm>
> >http://www.jp-petit.com/SAVOIR_SANS_FRONTIERES/tentative_discredit.htm>
> Bref, nous sommes encore loin d'une étude
> sérieuse et sereine, comme vous le savez.
> Rien de neuf sous le soleil.
>
> Salutations,
> Yannick.

De: "mel vadeker"

Envoyé: Lundi 09 janvier 2006
A: "Yannick”
Objet: Re: Petite question à propos du conflit autour d'Ummo
 
Bonjour,
 
C'est intéressant ce qui vous me dites, je ne suis plus au fait de ce qu'il se passe dans le détail. Il n'y a pas eu de propos diffamatoires de la part de Seth ou de Duncan, et encore moins de liste nominative désignant des gens, seulement des remarques et des avertissements généraux. Cela mérite quelques éclaircissements, je vais répondre en détail sur ce point sur mon site. Pour les nouveaux venus, je suppose que cela doit être encore plus difficile à appréhender, toutes ces heurts et ces litiges. Cela laisse de quoi réfléchir.
 
cordialement.
 
Mel Vadeker,
14 janvier 2006

Voilà tout un programme ! Je veux bien répondre à quelques questions sur l’affaire SBF-Ummo puisque j’ai consacré du temps à son analyse sans pour autant arriver à terme. Par contre je ne désire par m’étendre sur les conflits publics entre JPP et AJH portant sur l’exploitation des documents « ummites ». C'est plus subtil qu’on pourrait le croire, ce n’est pas une simple joute sur le droit d’en savoir, d’en parler ou d’en connaître. C’est tout un roman.

Voilà deux années que j'ai délaissé ce sujet, ainsi que beaucoup d'autres. Je vais essayer de retracer les grandes lignes mais sans approfondir. La confusion apparait vite, car pour completer l'analyse des interventions directes, nous avons les interprétations et les commentaires qui dépassent le simple cadre du débat initié sur la liste.

D'ailleurs la première chose que j'ai faite dès que j'ai eu vent de « l'affaire Seth », fut de dépouiller le contenu des échanges pour discriminer les références portant sur les individus. Les messages étaient accessibles  par quiconque, les archives de la liste ummo-sciences étaient libres d’accès à l’époque. J’essayais alors de comprendre pourquoi l’on voulut absolument que je m’implique dans les divers débats initiés et autres scandales induits.

Le postage de Seth dont vous parlez ne contient pas de liste nominative de personnes travaillant directement ou indirectement pour la sécurité intérieure ou d’autres organismes de renseignement. Pour répondre précisément à votre question, son message censuré ne contient aucune information diffamatoire. Se sachant en modération et se plaignant fréquemment de difficulté postage, il fit des envois en copie multiple à la fois dans la liste et en dehors. Il ne pointe personne du doigt, le passage censuré contient un avertissement laconique. Je me souviens du contexte des échanges, il a évoqué la surveillance des communautés ufologiques ou scientifiques par les agences de renseignement ainsi que l'implication du lobby militaro-industriel sur l'exploitation des recherches militaires sur les ovnis. Il évoque ainsi une surveillance ou un contrôle de l'information des lors que cela atteint un seuil de preuve ou d'application stratégique important. Ce postage mis en modération fut redirigé ensuite sur la liste après censure. Il y eau un tollé et un fort mécontentement, suite à une pression externe au forum, le postage a été repositionné sans censure par le modérateur.

Le rôle de Duncan n’est pas clairement défini. Il n'est pas intervenu sur le forum, il a joué dans un premier temps un rôle d'intermédiaire pour regrouper des gens autour de débats initiés sur d’autres forums internet. Il a capté l'attention pour inciter des personnalités à suivre les débats de la liste ummo sciences et en particulier à porter attention aux propositions de Seth. Il réapparaît bien plus tard pour clôturer une communication qui s’est étalé sur différents niveaux de complexité. Il a ensuite informé et désinformé tout en maintenant un discours vague et invérifiable.

Apres quelques incidents de gestion de la liste, de désaccords sur la  politique culturelle et des menaces de tous bords. Une étrange cacophonie se révéla sur l’interprétation même des documents et sur les méthodes d’exploitation. Cela eu lieu avant et augmenta après le postage de ce fameux courrier de janvier qui créa un choc en initiant dès lors d’autres échanges énigmatiques. Là aussi, il y eu des dérapages et de fortes tensions. L'inquiétude et la peur ont fait place à de la colère, une forte demande d'information et de collaboration à son encontre. Je pense que sa participation au forum à l’époque n’était qu’un prétexte pour provoquer une unité de recherche et pour diffuser une liste de recommandations imbriquées dans une démonstration. Un jeu de communication et de méta communication s’engagea ainsi pour orienter les débats à la fois sur des champs communs de recherche aux sciences cognitives, à la métaphysique, aux théories de la complexité et du chaos.

Il a quitté le forum sans explications, cela gênera de la frustration, il s’engagea ensuite dans un dialogue privé avec quelques personnalités. Echange de nature complètement différente que ceux postés précédemment. Là encore, de quoi interpeller et choquer. Cela s'est déroulé selon un plan de préparation, comme une monté en puissance, de courte durée. Ce qui marque cette période, ce sont les conséquences des interventions surtout sur le rapprochement entre individus, les idées de recherches et d’applications. D’un autre coté, des points de désaccords et des litiges refoulés firent surface, cela se déroula parfois avec violence.

Pour résoudre quelques conjectures et problèmes de pointe, il y avait d’après lui une piste sérieuse à creuser en utilisant une liste de propositions qu’il donna en privé. Au-delà de cela, il y a avait également un défi didactique et une énigme à résoudre. Le défi étant hors de porté au vu des ressources humaines et techniques. Il resta à se pencher sur une énigme, comment fonctionne et mettre en pratique le fameux protocole SBF ?

Seth changea de mode d’intervention à diverses reprises. Dès l’instant où il arrêta d’intervenir sur la liste, il bascula sa communication vers un groupe informel constitué de moins de dix personnes dont quelques unes ne se connaissaient pas du tout entre elles. Le niveau d’attente augmenta considérablement car les informations transmisses concernaient autant des préoccupations scientifiques que personnelles où des données intéressantes se trouvèrent dissimulées dans des recommandations générales. Le niveau d’anxiété augmenta également ainsi que l’étrangeté des conversations, une communication synchrone fut réclamée mais sans résultat. La communication cessa ensuite brusquement.

Quelques semaines après la fin de ces étranges échanges, je fus de nouveau sollicité pour une aide à l’interprétation des documents. Un petit groupe d’étude comprenant la seule personne ayant eu des échanges avec Duncan et Seth, correspondance couvrant la période la plus longue connue. Nous venions à peine de faire des avancées sur l’étude du  protocole SBF dans toutes ses facettes que le livre « l’année du contact », largement inspiré de quelques épisodes de cette affaire sorti en librairie. Quelque peu caricatural et expurgé, le livre sous forme romancé donne une vision personnelle avec un repositionnement des personnages. On peut tout juste dire que c’est fortement inspiré mais tout de même non conforme au contexte général des échanges et des débats. On regretta la précipitation et le manque de concertation, de nombreux correctifs méthodologiques ne furent pas examinés - non remarqués - et d'autres mis intentionnellement de coté.

Pendant les débats sur l’affaire Seth, des documents anonymes estampillés du label ummo, furent envoyés en direction des membres de la liste, une correspondance conventionnelle selon les critères de jugement établis. D’un coté, un groupe recevait des informations non identifiées et de l’autre des documents en conformité avec les attentes du comité de validation afin d’être à disposition pour une étude thématique.  Là aussi, je pense à une expérience pour comparer le mode de fonctionnement de réseaux autonomes constitués au sein de communautés virtuelles sur internet. L’objectif primaire étant de comparer différents modes de traitement de l’information par l’application d’une étude comportementale ciblée. Comment réagit un groupe informel non structuré face à une source d’information inconnue -  mal identifié ou apocryphes - et une autre communauté structurée face à une source documentaire elaborée dans un contexte de validation reconnu. En marge de cela, la thématique du contact et du choc culturel était prédominante, ainsi qu'une réflexion ethnométhodologique sur les procédés d'acculturation.

Le seul témoin direct de l’affaire, mis en porte à faux, collabora presque une année, dévoilant ses stratégies de recherches et ses ambitions personnelles très hautes. Malheureusement de nombreuses dissensions apparurent et firent voler en éclat tout espoir de travail collaboratif. Dans le même temps une succession de rebondissements et d’épisodes rocambolesque touchant encore à la fois la vie privée et professionnelle survinrent provoquant un regain d’intérêt sur l’étude des documents ummites et l’analyse d’autres apocryphes

Au bout d’une année, mon intérêt pour toutes ces affaires a grandement diminué pour se réduire au minimum la deuxième année. J'ai entretenu ensuite quelques échanges en participant également à des rencontres afin de satisfaire des stratégies de recherches individuelles. Les dissensions restèrent nombreuses freinant un effort collaboratif. Des séparations inévitables et des ruptures se produisirent encore, les communautés de recherche mal définies mirent encore un moment à se définir au sein d’autres unités autonomes. De nouveaux groupes d’étude se constituèrent à partir de structures confidentielles ou à partir des groupes qui ont pour vocation à communiquer des résultats.

Remarques générales sur les débats :

L’analyse objective et dépassionnée n’existe pas et n’existera jamais tant qu’une méthodologie accessible et acceptable par tous ne sera pas mise en place. Malgré tous les souhaits et bonnes résolutions, les conflits ne cesseront pas, il subsistera toujours ces problèmes d’ego et les difficultés à travailler « d’égal à égal ». Prendre conscience de cet état de faillite de la pensée, de cette faiblesse humaine, c’est déjà faire une avancée considérable. Une démarche honnête consiste à prendre en compte son propre ethnocentrisme dans l’objet d’étude et de manière réflexive à en rendre compte pour en débattre ensuite.

Lors de divergences d’opinions, de batailles de croyances, je note souvent ce rejet du compromis. Imposer son point de vu semble être une tentation forte, une démarche symptomatique de chercheurs de l’étrange convaincus de posséder la vérité, de scientifiques bornés qui refusent le débat sur le fondement de leur discipline, ainsi que tous ces aficionados de la conspiration qui véhiculent des informations incertaines, non vérifiées ou indécidables.

Paradoxalement la « quête des sources » ne semble pas toujours se faire au profit d’une  réflexion personnelle et spirituelle. La recherche et le doute ne sont pas antinomiques, bien au contraire. Il est possible d’avancer dans l’inconnu en prenant des précautions. Remettre en question sa propre démarche, douter et questionner, mettre à jour une position stable pour y prendre appui sans pour autant la rendre définitive. Sans ces progrès sur eux-mêmes, les chercheurs ne peuvent pas à mon sens raisonnablement espérer les  « contacts » tant recherchés.


  • Dossier Ummo / SBF