CONTROVERSE UMMO ET FRUSTRATION
en réponse à quelques courriers de lecteurs

        Cela commence par un questionnement qui mène bien souvent à des controverses dont les tenants et les aboutissants restent flous. Nous avons un fait social qui prend racine dans l'indicible et l'étrange. Chercher la vérité est une obsession légitime même si les rouages intimes du dossier Ummo restent inaccessibles. La culture du secret et l'incertitude entretenue depuis des décennies malmènent la patience des plus endurcis. De nouvelles générations de lecteurs sont également pris dans l'engrenage de cette affaire. Le peu qui a filtré, c'est à dire les lettres diffusées par le réseau espagnol ainsi que les autres matériaux apocryphes constituent de fait, une infime partie d'un vaste tableau surréaliste où la réalité dépasse la fiction. En dehors des apparences premières, celles qui sont faciles d'accès, cela devient une gageure que de toucher à l'intimité du phénomène.

        Les chercheurs de vérité, parvenus au bout d'eux-mêmes, en proie à divers doutes, inquiétudes et espérances, ont souvent la raison qui vacille d'une position extrême à l'autre. Il n'est pas étonnant de voir l'émotion prendre le dessus, les précautions élémentaires sont évacuées pour laisser la place à l'exaspération. En effet, la théorie ne suffit plus, l'exigence de preuve requiert des sources d'informations nouvelles et pertinentes. Nous retrouvons ces sentiments de dépit même chez les plus érudits. Les analystes endurcis ne peuvent ignorer cette impasse. Que se passe t-il vraiment de l'autre coté du miroir ?

        A cette question cruciale, la réponse peut être simple. Pour connaître la vérité, un effort personnel est de rigueur mais ce pré-requis ne suffit pas. Faut-il accepter de vivre une entreprise périlleuse où le secret et le danger se côtoient sans cesse ? Être prêt à donner de sa personne mais surtout accepter de se taire pour participer ? Nous voilà devant un engagement tacite qui a provoqué la rupture de maintes collaborations par le passé. Que se passera t-il ? Qui osera dévoiler les arcanes ? Les supplétifs du premier cercle, les collaborateurs proches de la source, les personnalités vraiment au coeur du secret, les ressources humaines qui ont collaboré sans comprendre ?

        La vérité ne peut venir que d'un premier cercle proche de la source et non d'experts auto proclamés, souvent de simples admirateurs enthousiastes qui espèrent à force de convictions entretenues toucher à cet inconnaissable. Les querelles herméneutiques se suivent et ne se ressemblent pas. Comment penser ces multiples révélations qui finalement multiplient à l'infini les ressorts du phénomène inducteur ? Les révélations construites par l'interprétation reflètent autant les convictions premières que les méthodes d'analyses. L'objectivité est un pari impossible tant les pièges et les rebondissements culminent à l'apothéose.

        La matérialité du phénomène est indéniable, il y a bien un mécanisme social et scientifique à l'oeuvre ainsi que diverses activités annexes relayées par divers réseaux de correspondants intimement impliqués. Un constat qui ne permet pas de lever le voile. Inutile de le répéter, il est plus que nécessaire de se documenter un minimum avant de porter son jugement. Les avis définitifs et péremptoires sont deja la preuve d'une impuissance surtout lorsque l'on s'égare dans ses propres convictions. Tout le monde annonce des vérités successives mais cela cache avant tout une perplexité. Ceux qui ont les clés ne parlent pas, les expériences continuent ainsi que les provocations.

        Nous pouvons tout de même poser un principe d'accès à cette complexité. Posons trois questions qui se superposent en cercles concentriques. En parcourant de la périphérie vers le centre, nous avons le COMMENT, ensuite vient le POURQUOI et pour finir, au sein des sein, nous avons le QUI. Cette progression est irréversible, une fois que lon touche au secret, c'est lui qui vous domine. Essayer de prendre un raccourci, c'est déjà être la victime d'une myriade d'illusions.

Mel Vadeker, octobre 2004


 
De: xxxxxxxxxxxxxxx
Envoyé : 25/08/2004
A : mel.vadeker
Objet : Controverse Ummo

Sujet : Mise au point Ummo

Bonjour,

Vous avancez pas mal d'hypothèse sur votre site concernant Ummo mais cependant, je note que vous ne jugez jamais utile de mentionner vos sources. Cela est très dommage. Vous devez reconnaître que cette attitude est en contradiction complète avec l'ouverture d'esprit et le sens critique que vous réclamer chez les autres. On ne peut décemment pas accepter les yeux fermes n'importe quelle histoire (et ce, indépendamment de son origine) si celle ci n'est pas "falsifiable ", autrement dit, si celle ci n'est pas assortie d'une documentation ou de sources librement accessibles à  tous. On peut par exemple ne pas adhérer à l'hypothèse ummite=ET mais cependant, les documents ont le mérite d'exister et en conséquence chacun est libre de se forger sa propre opinion. Il n'en est pas de même par contre lorsque vous prétendez détenir les clés du dossier Ummite. Il me semblerait infiniment plus crédible voire constructif de lever un peu le voile sur ce secret que vous prétendez connaître. Je doute en réalité que vous connaissiez réellement le fin mot de cette histoire. D'ailleurs, pouvez vous seulement l'imaginer ?

Cordialement,

xxxxxxxxxxxxxxxxxx

****************************************

De : mel.vadeker
Envoyé : 27/08/2004
A : xxxxxxxxxxxxxx
Objet : Re: Controverse Ummo

Vous posez des questions et vous suggérez les réponses. Que dire ?

D'un coté le lecteur lambda se trouve frustré puisqu'une certaine trame de lecture du dossier propose une interprétation classique voir même une orientation favorable à la manipulation.

D'un autre coté, nous avons des chercheurs avertis et des personnalités impliquées qui ne veulent absolument pas avoir des échanges poussés ou évoquer des recherches sensibles dans le domaine public sans contrôle.

Les propos que vous relevez sur mon site non pas pour but principal d'expliquer un mystère mais de répondre à des provocations et autres stimulations par d'autres biais. C'est parfois mal compris, cela prête à confusion mais de mon point de vue cela a permis d'orienter quelques contacts afin de résoudre des difficultés lors de réunions de travail. Il y a bien plus mais cela ne paraîtra jamais ouvertement, j'ai eu beaucoup de difficultés à parler à mot couvert.

Le secret n'est pas tel que vous pouvez l'imaginez, c'est plutôt une affaire de personnalité et de ressources humaines. Jusqu'où êtes vous capable de travailler pour lever un peu le voile ? C'est plus une volonté de stimulation qui est à l'oeuvre qu'un développement exhaustif.

Les documents que vous espérez ainsi que les diverses "preuves" ne peuvent se diffuser aussi clairement. Cette incertitude est importante, rien n'est le fruit du hasard mais il me semble que j'ai évoqué à de multiples reprises des échanges ouverts dans le monde réel. C'est par amitié et par intérêt scientifique que j'ai collaboré. Je ne cherche vraiment pas à m'impliquer plus, on m'a un peu forcé la main et j'ai eu moi aussi mon lot de soucis.

Croyez bien que je ne cherche à convaincre personne, il est même raisonnable de prendre toutes ses précautions avant de s'attarder sur ce que vous appelez une controverse.

A chacun ses opinions mais sachez qu'en dehors de l'internet et du nuage de fumée dont on peut être victime il y a une autre dimension plus concrète où l'on parvient à aller de l'avant.

Très cordialement.


De : xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
Envoyé : 08/09/2004
A : MEL.vadeker
Objet : ummo

Bonjour Monsieur Vadeker.

Vous déclarez sur votre site ne pas pouvoir expliquer publiquement les
détails des affaires ummo. Si vous ne pouvez pas expliquer publiquement,
pouvez-vous alors livrer des explications à titre privé ?
Cette affaire m'intrigue énormément.
Je vous écris donc à titre strictement privé. Je vous demande de me faire
confiance : Pouvez-vous m'en dire plus sur cette affaire ? A quoi faîtes-vous
allusion ?

Je suis peut-être cavalier dans ma démarche. Pardonnez-moi d'être aussi
abrupt.

Cordialement,

xxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

PS : j'ai lu toutes les lettres "ummites" diffusées sur le web

******************************************

Texte révisé le 17 octobre 2004

QUELQUES BRÈVES REMARQUES :

- Les affaires, les scandales, les lettres certifiées d'ummo et les autres documents apocryphes de même inspiration, constituent un maelström insolite. L'énigme n'est pas constituée uniquement par l'accumulation de documents. Il y a une dimension tragique ainsi que diverses péripéties qui n'ont rien de jeux d'enfants. Je reste étonné par cette naïveté déconcertante, ces batailles de langues de bois et les divers "remue-méninges" ufologiques qui génèrent des démonstrations bien fragiles. Ce n'est pas un dossier facile à pénétrer, on peut vagabonder entre l'expérience réservée à quelques érudits à l'exercice de manipulation de groupe. Dans les deux cas, l'échange technoculturel devient autant un moyen théorique pour penser le fondement de nos connaissances qu'une incitation à aborder toutes les facettes de la réflexivité.

- Je me réserve la possibilité d'expliquer ma vision du POURQUOI et cela à titre privé mais je peux parler sans détour du COMMENT, c'est à dire de la méthodologie, de la finalité, de la tactique générale, de la phénoménologie. Par contre, je ne dirais rien (explicitement) sur le QUI, car j'ai senti un vent de folie submerger quelques personnalités lorsque de nouvelles pièces sont venus accabler encore plus le sentiment d'étrangeté de l'ensemble de l'affaire. J'ai encore du mal, à réfléchir, à expliquer cela tant les rebondissements peuvent provoquer des sueurs froides. Je sais assez de choses pour remettre en cause diverses enquêtes et approfondissements mais pas assez pour me sentir totalement serein. Il y a beaucoup de choses à dire, je résiste à cette tentation car je n'ai pas l'intention de m'investir dans une bataille de correctifs. J'ai d'autre part, eu connaissance de nouvelles perspectives de recherches mais malheureusement cela reste laborieux, la somme de travail reste considérable. Je ne suis même pas sûr que cela se diffuse ouvertement ou que l'on fasse la concordance. J'ai constaté au fil du temps et par mes divers contacts, une exaspération, une perte de confiance, une hésitation à communiquer ouvertement sur ce sujet. Il semblerait que l'affaire n'est jamais cessé d'alimenter divers groupes de correspondants, le sujet reste donc encore brûlant.

- On peut parler de luttes d'influences, de batailles rangées, voir même de désinformations multiples et à toutes fins utiles chacun essaye de protéger ses intérêts y compris par la menace ou la coercition. Cela n'arrange par les affaires du lecteur lambda qui peut être facilement emporté par ces turpitudes et y laisser, au final un peu de sa raison.

- La trame des affaires Ummo constitue une fresque épique avec ses détours et ses mirages, cela ressemble à une image fractale dont on ne peut cerner que quelques zones. L'intérêt du dossier, ce qui reste passionnant c'est cette possibilité de faire des recadrages permettant ainsi d'aborder divers facettes de l'interprétation, ces événements qui s'emboîtent les uns sur les autres et qui localement se contredisent mais qui au final s'emboîtent pour former ce réel complexe dont la cohérence échappe au premier regard. Plus on prend de la distance, plus on est capable d'intégrer de nouvelles pièces, d'élargir son horizon. Cela fonctionne par stratification, si on arrive à comprendre comment fonctionne la mise en scène de l'affaire ainsi que ses diverses représentations, on fait deja un grand pas. Ce dont je parle n'a rien à voir avec une lecture triviale, c'est du domaine de la fonctionnalité des actions et des participations. Être à la fois dedans et dehors, pour entrer est sortir de ces contraintes de l'analyse. Déconstruire à la fois son raisonnement et ses croyances n'est-ce pas la première étape qui permet d'adopter des procédures de recherche inédites ? Finalement nous retrouvons ce doute constructif, cette dynamique intellectuelle, qui si elle est bien menée, constitue une praxis.

- Il y a un moment ou les biens pensants et les spécialistes se retrouvent à la limite d'eux-mêmes, ou bord du gouffre. C'est à ce moment que la détresse survient, il suffit d'un pas pour trébucher sur ce que l'on appelle une querelle de croyances puisque le fond commun minimal de l'interprétation de ce corpus de données est de nature instable. C'est volontaire, c'est ainsi qu'il a été conçu. Ce qui survient souvent lors de l'élaboration d'exégèses objectives reste prévisible : une partie des paradoxes et des incohérences latentes sont subrepticement ignorées voir même oubliées car considérées comme mineures alors que c'est justement là que doit se consacrer tout le travail de fond. Ce sont des failles qui sont des portes ouvertes vers d'autres analyses, elles résolvent les contradictions sans les rejeter tout en prenant comme référentiel cette dynamique de l'observateur impliqué dans son objet d'étude ainsi que l'interaction entre les diverses personnalités, les contextes d'études et les méthodologies.

- Un simple constat sur l'exploitation des documents : une étude hypertextuelle des thématiques ainsi qu'une exploitation du champ lexical ( sur les concepts philosophiques associés entre eux) couplé à une mesure de l'indexicalité des diverses traductions, éclaireraient d'avantage qu'une exposition séquentielle et linéaire. La pensée peut être dynamiquement représentée à l'aide d'outils infométriques adaptés, il est même possible de cerner de nouvelles idées. Cela peut ouvrir d'autres pistes pour ceux que cela intéresse... Il y a beaucoup d'autres voies à explorer comme celles évoquées précédemment sur mon site ou par le biais d'autres canaux d'informations. Là, je dévie un peu car on peut me reprocher d'en dire trop ou pas assez. En bref cela concerne grandement une vision unitaire des fondements de la connaissance toutes disciplines confondues.

- Les analystes ont parfois l'impression de tourner en rond depuis des années, un petit espoir tout de même. Quelques idées scientifiques d'avant garde parviennent à se diffuser en dehors des cercles de spécialistes, en tout cas assez pour que l'intuition parviennent à les saisir. Il faut quand même deux conditions, un effort pédagogique d'un coté et un désir de curiosité scientifique, d'ouverture de l'autre. Dans l'idéal, la tolérance et l'esprit critique doivent cohabiter en harmonie mais hélas nous ne sommes pas dans le meilleur des mondes...

- Parlons un peu de la démarche souhaitable : rigueur, travail, débats scientifiques. Les luttes d'opinions ne mènent à rien, c'est une perte de temps, c'est le vent que l'on remue pour se faire plaisir. Je préfère aller vers les points de rupture même si cela constitue en soi une difficulté supplémentaire. Lorsque l'on se propose de faire une enquête sérieuse où même à partir des textes de sortir une vérité, on peut démontrer que l'évidence dans le raisonnement varie selon la personne. Nous retrouvons là, et c'est fait de manière subtile, une incitation à l'autocritique, à l'exploration de son propre sens commun. Ce type d'analyse ne peut être exclu, c'est la première étape pour comprendre les mécanismes de la réflexivité, pour les appliquer autant à soi même qu'a l'ensemble de l'étude.

- Ce qui est écrit est plus facile à comprendre que ce qui se ressent mais la vérité est cette puissance de vie qui à partir d'une pensée en action retrace la genèse d'un effort de communication. La compréhension ne provient pas d'un objet théorique que l'on malmène, que l'on dissèque. Pourquoi se contorsionner autour du même foyer de convictions en écartant délibérément ce qui ne plaît pas ? Vivre dans un territoire de perplexité que l'on maîtrise est plus facile que de traverser des zones de perceptions inconnues, surtout lorsque l'on vous en offre l'opportunité. Il y a toujours un risque inhérent à la découverte et peut être aussi un prix : "Ceux qui savent ne parlent pas ; ceux qui parlent ne savent pas."


UN POINT DE CONVERGENCE ENTRE INCERTITUDE ET COHERANCE, UNE POST ANALYSE A FAIRE SOI MEME SUR LE PARADOXE DE L'INTERVENTION SOCIALE :

Extraits de lettres (traduites de l'espagnol)

http://www.ummo-sciences.org/fr/D100.htm
"Le mirage d'une libération de l'humanité terrestre, des misères inhérentes à sa propre évolution, par des êtres d'origine galactique, peut déclencher chez vos frères des mécanismes émotionnels très difficiles à contrôler. Nous refusons cela systématiquement ; et notre attitude se cristallise sur ce point, bien plus si possible, en apportant les données objectives qui appuient totalement notre vérité ; en remettant les preuves absolues qui avalisent notre témoignage ; en clarifiant les concepts qui apparaissent diffus dans nos écrits. De cette manière, nous évitons que l'information, éparpillée entre quelques OEMMII (HOMMES) de la Terre, atteigne un seuil de vraisemblance dangereux"

http://www.ummo-sciences.org/fr/D68.htm
"Nous ne désirons en aucune manière - même par l'exhortation - que vous tombiez dans la tentation de permuter vos idées religieuses, scientifiques et politico-économiques avec les nôtres. Vous-mêmes reconnaîtrez le bien-fondé d'un tel avertissement :
- En premier lieu : parce que nos rapports sont purement DESCRIPTIFS. Nous vous offrons un compte rendu sans l'apport d'arguments positifs, rationnels et convaincants pour les étayer.
- Il serait aberrant pour vous de greffer nos idées, concepts et affirmations dépouillées sur la constellation idéologique conformée par vos éducateurs de la TERRE.
- Mais de plus, si cela était, vous commettriez une extorsion grave au rythme normal de coexistence sociale, le devenir de la culture de la TERRE. Le processus normal de la technologie serait altéré en endommageant gravement la chaîne géosociale actuelle."

http://www.ummo-sciences.org/fr/D72.htm
"Ainsi nous avons pleinement obtenu l'équilibre psychosocial recherché grâce auquel il nous est possible d'offrir, à une minorité intéressée de vos frères de diverses nationalités de la TERRE, des informations véridiques concernant nos coutumes, les caractéristiques de l'astre solidifié UMMO, notre histoire, notre niveau scientifico-technologique et autres données, tout en arrivant à introduire la prudente dose de scepticisme, précaution qui stérilise le potentiel sensationnaliste contenu dans ces révélations, en les maintenant dans des milieux sociaux déterminés. Mais nous ne vous cacherons pas le fait qu'un tel équilibre peut être dangereusement endommagé par vous-mêmes en tant que IOGIOEMMII (êtres pensants libres) si nous n'introduisons pas des éléments de confusion dans les média de communication sociale, solution qui n'est pas toujours viable pour notre INAYUYISAA (petite collectivité isolée)."


  • Dossier Ummo / SBF