UMMO & PSYWAR : peur du contact, influences et confusions

Voici un extrait de ma correspondance qui peut servir de note de synthèse pour la compréhension de la guerre psychologique autour du dossier ummo.

Se reporter aux pages suivantes pour faire la correspondance :


Je reporte quelques extraits de ma correspondance
(pas le temps de faire une analyse générale, trop de données échangées)

Thèmes abordés et contextes des échanges :
- La guerre psychologique à propos des lettres ummites.
- Analyse des hypothèses et immersion dans des jeux d'influences.
- La peur du contact et le contrôle social par les institutions.
- Services secrets et culture ufologique.
- La manipulation extraterrestre et les cobayes humains.


------- Message original -------
De :  "Mel Vadeker"
Date : Thu, 11 Mar 2004
Sujet : Re: ... / sur la folie ambiante
 

[....]

Je suis plus enclin à penser qu'il faut additionner les hypothèses et les
symptômes au lieu de faire une sélection exclusive. Je pense que les sociétés
humaines ont une facilité à accumuler les turpitudes, cela ressemble à
un système chaotique qui additionne la bêtise ambiante.

En sociologie cela fut très bien décrit par Yves Lecerf dans
son livre "Les dictatures des intelligentsias" . Il y explique
les mécanismes de l'effet "Enfendia", cette faillite de l'esprit des élites
qui sous les couverts d'une bureaucratie et d'une idéologie se coupent du monde
pour protéger leurs propres intérêts.
 

[ XXXXXXXX 2 paragraphes censurés XXXXXXXXXX]

[XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX]

[XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX]

Ce que je constate, en étudiant l'affaire SBF, le dossier ummo et
la communauté ufologique francaise au travers du relais médiatique
RIM (la Radio Ici et Maintenant), c'est une fragilité des psychologies.
Ce paranormal là, est trop puissant, trop indicible et incontrôlable.
C'est un monde très difficile, à la frontière du conspirationisme, des
sociétés secrètes, de la dérive sectaire, intégriste, scientiste, marchande,
du monde militaire, de la "hard science", de la géopolitique,
du paranormal sous toutes ces facettes, de la spiritualité.

Il n'est pas étonnant de voir les gens perdrent la tête, devenir
malades, en crise de repères ou en perte d'identité. Il suffit juste
d'un petit geste pour faire pencher la balance. Et derrière tout cela
on voit souvent une défaillance de la pensée, une faiblesse
purement émotionnelle qui conditionne et perturbe le raisonnement
analytique.

Je ne suis pas non plus étonné que les services secrets s'intéressent
activement à cette zone intérêts stratégiques et d'influences multiples.
Les "services" eux-mêmes n'échappent pas à cette défaillance de la
raison, ce sont apres tout, que des humains.

Nous sommes dans le siècle de la maladie mentale et de la guerre
de l'information. Je pense qu'il faut s'habituer à gérer avec nos
moyens ce nouveau siècle qui sera je pense celui de la guerre cognitive.

Et les "extraterrestres" dans tout cela, s'ils sont un tant soit peu
raisonnables, ils peuvent se comporter dans le meilleur des cas
comme des anthropologues éclairés ou des ethnologues missionnaires
et dans le pire des cas comme des gardiens de zoo.

Mel.V.


Expéditeur : "Mel Vadeker "
Date : 12 mars 2004
Sujet : de l'humour pour supporter le contact

[...]

Je crois qu'il faut aussi se demander :
 "Est-ce qu'il y a un neuro-psycho-sociologue dans la salle ?"
Les mécanismes à l'oeuvre, chez les esprits fragiles pour
s'éveiller à d'autres réalités et pour comprendre ce qui les dépasse, me
laisse supposer que cette affaire Ummo touche au plus profond. Il y a des
gens où c'est le "câblage" neuronal lui-même qui est à surveiller.

Je comprends votre remarque sur la manipulation, la caresse dans le
sens du poil. Les rédacteurs des lettres ummites, jouent à un double
jeux. Je suis assez admiratif quant à la stratégie de diffusions des
lettres. Les destinataires sont à la fois des cobayes et des relais
informationnels pour valider une expérience scientifique de contact.

Comme toujours, la subtilité de l'expérience échappe aux contactés
qui ne peuvent s'imaginer l'arrière plan, ce "making off" qui
se joue sur de multiples dimensions, les illusions sont trompeuses et l'unité
d'action échappe au bon sens.

Comprendre l'autre coté du miroir pour sortir de l'illusion, c'est
je pense, se placer d'égal à égal sur le plan moral et stratégique.
C'est à dire, sortir de l'état de cobaye pour défendre sa propre
position culturelle, ses particularités.
Lorsqu'un ethnologue dans une expérience de contact rencontre
un membre du clan qui se fait "ethnologue" - assimilé à un
guide spirituel et qui connaît les rouages de sa société – alors
on peut espérer un échange et une collaboration. C’est ce
qui se passe lorsque l’on évoque en ethnométhodologie le
rapport sociologue profane/expert (par le concept de « compétence
unique »). La personne "membre" en connaît plus sur sa société
qu'une personne extérieure, il faut juste lui donner les
moyens formels pour en parler de manière scientifique.

Vous avez raison, l’expérience prend des allures de remake, cela
fait « déjà vu ». Il faut passer à autre chose. L'adoration
des lettres et le culte de l'extraterrestrialité ne mènent nul part.
Cela ne fait que renforcer l'idée que les terriens ne sont que
de bons cobayes pour des expériences anthropologiques.

Nous trouverons toujours des gens qui se contentent de cela,
qui rêvent simplement d'une admiration à distance, voir d'une
contemplation sur des bribes d'informations. Cette catégorie
de la population ne peut pas évoluer, elle reste bloquée sur quelques
idées fixes, jusqu'au jour de l'apathie, de ce "silence radio".

Au point où en sont les choses, c'est chacun selon ses moyens,
les gens fragiles ont des bribes, des jeux de "verroteries" pour
faire plaisir ou en vue d'une étude. D'autres parviennent
à se placer ailleurs, dans une critique permanente des
phénomènes jusqu'à se sortir de ce statut de simple contacté
pour j'imagine se confronter avec l'impensable. C'est avant
tout une affaire de psychologie.

Lorsque je vois l'état d'esprit qui anime la liste ummo-sciences,
je ne peux que me placer dans la position de l'ethnologue qui
observer une communauté en proie à un contact virtuel avec
une force surnaturelle. Des lettres parviennent et font
levier sur la foi. Cela peut durer encore longtemps,
surtout que les nouveaux documents sont  à la limite
de la vulgarisation scientifique (documents NR).
[note : ce constat peut aisément s'appliquer à d'autres
contextes d'études, à d'autres communautés de recherche. Je
ne cherche pas à stigmatiser mais à comparer les choses]

C'est pour cela que je reste perplexe, même pour moi qui observe
de tant en tant cette liste, cela reste un magnifique terrain d'étude.
Un "ummite" ne ferait pas autre chose que de caresser dans le
sens du poil, pour poursuivre son projet initial.

J'ai peur que cette communauté ummo-sciences, ne devienne
un lieu  d'expérimentation pour toutes sortes de forces occultes
qu'elles soient terriennes ou "extraterrestres". Les membres attendent
toujours un message qui vient d'une autre planète comme ailleurs dans
d'autres communautés on attend un message qui vient de l'au-delà.
Cette espérance, cette foi, si elle est entretenue, exagérée peut
mener à de grandes déceptions.
[note : en évoquant cela, je pensais à l'histoire de cette affaire
ummo qui s'étale sur des décennies, plus de 30 années. La succession
des rebondissements et des expérimentations humaines à laissé des
séquelles dont on peut tirer une grand enseignement. Ignorer le passé
c'est répéter les même erreurs]

Nous sommes tous vulnérables, bien fragiles. Combien
d’expériences et de douleurs il faut accumuler pour s'endurcir, pour
penser le monde avec un oeil vif et acéré. Nous vivons tous
les jours dans l'illusion, les lettres ummites entretiennent une illusion
de plus. Le secret c'est le "making off" et personne depuis des
décennies n'est parvenu à en rendre compte.
Cela reste trop inimaginable ou peut être trop secret. Il faut se battre
pour écarter ce voile et comme on peut s'y attendre, des esprits
préféreront vivre dans la matrice plutôt que d'affronter une autre réalité.
[note : J'évoque l'étude et l'exploration de divers scénario générateurs
qui s'additionnent pour donner une vision cohérente et globale. En
dépassant les contradictions initiales pour compléter les positions
personnelles nous avons la possibilité de résoudre les interprétations
intermédiaires en se situant en amont et an aval de l'affaire ummo. C'est
à dire en se plaçant à tour de rôle ou simultanément du coté ummite et
humain. L'idée maîtresse et d'adapter une position philosophique unitaire
servant d'interface de traduction et d'échange.]

Nous sommes ici en présence de quelque chose d'incroyable.
Heureusement il reste l’humour, une émotion qui nous sauve
souvent du pire. Une manière de lutter contre la rigidité
en stimulant l'autocritique car la vérité et l'irrationnel peuvent
être deux facettes du même phénomène.

Mel. V.