Courrier envoyé aux principaux intéressés par la controverse ufologique "SBF / Ummo-sciences", et fait suite aux nombreux échanges et confrontations d' idées.

A propos de SBF

Mel Vadeker,
24 juin 2003

Bonjour,

Je crois qu'il y encore un quiproquo à mon sujet.
Je n'ai pas de DESS en optimisation combinatoire,
je ne comprends même pas comment on peut penser ça.
J'ai suivi un enseignement d'informatique appliquée
aux langages, aux sciences sociales et aux représentations
des connaissances. Formation qui initialement mène au
DESS "ethnométhodologie et informatique".

Je n'ai donc pas le niveau pour comprendre cette logique
chromatique ni pour développer ce genre de travaux, si
j'ai fait référence au DEA I.A de paris 8 c'est pour
rendre hommage aux professeurs de ce DEA avec qui j'ai
eu des enseignements en vie artificielle : algorithmes
génétiques et réseaux de neurones. Depuis 1997 je ne fais
plus de recherche en vie artificielle, je me suis orienté
vers les sciences cognitives (psychologie/sociologie/stratégies/ethnopsychiatrie) et
l'épistémologie. Ce sont des activités de recherches qui
se rejoignent dans ma vision transdisciplinaire de l'ethnométhodologie radicale.

Il y a encore une mésentente, sur mon site je fais
référence à 2 diplômes, le DEA d'IA et le DESS ethnomethodologie
et informatique. Ces deux diplômes ont été crée par Yves Lecerf
dans les années 70/80. C'est donc pour lui rendre hommage et
pour saluer certains enseignants/chercheurs que j'ai mentionné ces
deux diplômes. Il suffisait de me le demander. Je n'ai rien
d'un crack en I.A. J'ai fait des travaux dans le temps pour
la description d'un système de simulation de la conscience
compatible avec les axiomes de l'ethnomethodologie. Il y a
pas mal gens qui travaillent sur cette question et Y. Lecerf
a essayer d'aboutir à une description mathématique ou une
application informatique de cette axiomatique particulière.
Ce fut très difficile et je n'ai pas le souvenir que
quelqu'un ai réussi à ce niveau avant 1995.

Je n'ai donc rien compris aux explication XXXXX sur la
logique chromatique. J'ai compris que cela tournait autour
d'une fonction d'onde qui prenait plusieurs états.

Je suis d'accord avec XXXXX, SBF ne mentionne
nul part qu'il est un extraterrestre. Il dit exactement le
contraire, qu'il est un humain et qu'il se différencie des
ummites. Toute cette affaire repose sur une querelle de
l'interprétation, chaque personne impliquée à sa propre
version. Pour moi, tout le monde à tord et tout le monde
à raison, l'objet de l'interprétation, le discours
de SBF est porteur en lui-même de cette polysémie. Alors
réduire le sens à une seule interprétation est je trouve
bien réducteur, je dis cela car je travaille beaucoup sur
les problèmes de l'interprétation et de l'esthétique dans
les arts et en particulier au cinéma. On ne peut
pas transformer un objet d'interprétation multidimensionnel
et le réduire comme cela pour imposer son point de vue.
Je connais par coeur ce genre de dialectique expert/profane
dans les ethnométhodes de l'interprétation. J'ai beaucoup
travaillé la dessus et en ce moment j'aide un étudiant
de thèse de sociologique dans son travail d'expertise sur
le cinéma.

J'aimerais que cesse au moins sur les listes ummo les
ragots sur mon site et sur ma personne. Cela m'exaspère car
j'ai toujours travaillé contre les rumeurs et la désinformation.
Je n'ai pas le temps de faire une enquête approfondie sur
les dires de SBF sur les lettres ummites et encore moins répondre
aux multiples provocations des listeurs qui ont trouvé là un
curieux sujet de divertissement. Impossible pour moi de me
consacrer au dossier ummo, c'est un sujet trop vaste, je n'ai
pas le temps. Je ne suis pas un surhomme et je ne suis pas
omniscient. En fait je suis quelqu'un de tout à fait ordinaire
qui a vécu dans sa vie des situations extraordinaires. C'est
pour cela que j'ai besoin de la littérature et des arts pour
transmettre mes émotions. Je me vois plus comme un artiste
que comme un scientifique, j'ai une double compétence comme
beaucoup d'informaticiens que j'ai connus.

J'ai l'impression que certaines personnes aimeraient que
je sois ce SBF, juste pour avoir de nouvelles explications.
Je suis désolé mais ce n'est pas moi, je n'ai pas le niveau pour
échanger avec des scientifiques sur l'optimisation
combinatoire et la physique théorique.

Je suis calé dans les domaines littéraires et de
représentations des connaissances, un peu en vie artificielle,
beaucoup en ethnométhodologie (psychosociologie, sciences cognitives)
et en psychothérapie (ethnopsychiatrie/analyse systémique) et je
m'exerce en épistémologie.

Si je fais référence à la théorie des groupes c'est en
rapport direct avec l'école de Palo Alto. Qui travaille
comme l'ethnométhodologie sur la modélisation
des processus du changement psychologique.

Je ne vois pas ce que je peux encore dire pour vous
aider. Je ne suis pas le seul à avoir fait ce genres de recherches, à lire
certains réactions, ont pourrait croire que je suis
la seule personne de la planète à comprendre SBF.

Si vous avez quelques problèmes vous pouvez demander
l'avis d'autres experts en ethnométhodologie et informatique.
J'ai l'impression que le noeud du problème est là, cette
affaire SBF tourne à chaque fois sur Y. Lecerf et son
enseignement. Il en a eu des thèses et des étudiants en
30 années à Paris, je ne parle même pas des recherches
mondiales.

Etudiez juste cette bibliographie de 1985 du célèbre
manuel double de la revue pratique de formation.
"Pratiques de formation (analyses), Ethnométhodologies, 1985"
http://perso.club-internet.fr/vadeker/corpus/pfem/pf_em_biblio.html

Codirigé par Y. Lecerf. C'était juste en 1985, ce livre a signé
l'existence officielle de l'ethnométhodologie radicale à
Paris 8 en remplacement d'un DEA sur le même sujet.

Très cordialement.