LA BOMBE (Mel Vadeker, janvier 2000)

Quelle image de l’horreur et de métal a défoncé leurs crânes et dévoré leurs cervelles et leur imagination ?

Solitude et saleté, laideur et poussières ! Enfants hurlant sous les décombres, garçons sanglotant sous les drapeaux, vieillards pleurant dans les ruelles !

Cauchemar de feu, de sang, de haine ! L’obus de métal est le juge des hommes !

Villes mortuaires et prisons  incompréhensibles ! La bombe a pulvérisé les corps des geôles sans âme et des cités en condamnation ! Buildings éventrés et catacombes ! La vaste roche de guerre et les gouvernements hébétés !

La bombe dont la pensée est mécanique pure ! La bombe dont l’âme est faite du sang qui coule ! La bombe dont le coeur est un rouage cannibale ! La bombe dont l’oreille est une tombe fumante !

La bombe dont les yeux sont mille cadavres aveugles ! La bombe dont la puissance a courbé les gratte-ciel dans les longues rues comme des serpentins infinis ! La bombe dont le cri envahit la brume des vapeurs en feu ! La bombe dont l’auréole couronnent les villes !

La bombe dont l’amour est chaos et dévastation sans fin ! La bombe dont l’âme est nucléaire et électrique ! La bombe dont le génie est le spectre de la science ! La bombe dont le destin est un nuage de plasma asexué ! La bombe dont le corps est énergie fondamentale !

La bombe avec laquelle je contemple la solitude de l’homme et le désastre universel ! La bombe avec laquelle je rêve des anges de l’apocalypse ! C’est la pulvérisation de la folie ! Plasma dans la bombe ! Contorsion de cadavres en combustion dans la bombe ! Sans pensées et sans âme dans la bombe !

La bombe qui pénétra mon corps des l’aube de sa lumière ! La bombe avec laquelle je suis l’être désincarné se lamentant dans les limbes ! La bombe qui me fait hurler de peur dans l’horreur de ma solitude de poussière ! La bombe qui m’abandonne dans une extase non naturelle ! Je me réveille dans la bombe, dans sa lumière ardente coulant comme du miel !

La bombe ! La bombe ! Immeubles en feu ! Appartements morcelés ! Villes invisibles ! Statues momifiées ! Œil crevé ! Industries suicidaires ! Nations démoniaques ! Aliénation de granit ! Monstruosités organiques !

Ils se sont sacrifiés jusqu’au dernier pour élever la bombe au ciel ! Un pilier vivant de chairs fracassées en hommage aux infirmes de l’esprit ! Arbres, pierres, monuments, déchets ! Projetant la ville dans la voûte céleste qui ceinture la planète !

Flashs ! Visions ! Hallucinations ! Onde de choc ! Délires ! Extase ! Création sans fin du chaos générateur ! Disparition dans la cour des miracles atomique !

Transes ! Psychoses ! Révélations ! Systèmes de croyances et sensibilités cadavériques ! Conneries humaines et fleuve de mensonges !

Envoûtement et possessions par-dessus le raz de marré de la colère céleste ! Évaporation de la chair, disparition dans la crue ! Détresses ! Larmes ! Gémissements ! Agonie ! Mort lente ! Souffrance sans fin ! Cris des bêtes malades et des suicides manqués ! Chronologie terrestre inversée, retour aux sources du temps, à l’aube de l’humanité ! Mentalités en fusion et enfance d’un nouveau monde perdu dans les sphères du temps !

Véritable chant sacré dans la tempête ! Contemplations et hurlements de reconnaissance ! Les yeux ont tout vu ! Les témoins du spectacle ont sautés des sommets des cathédrales ! Vers la solitude ! Priant comme des damnés dans les ruelles des limbes des dimensions parallèles ! Transportant une couronne mortuaire vers la tombe de la civilisation !

Hommes sans cervelles se noyant à l’infini dans les lamentations rituelles ! Il est trop tard ! Il est l’heure de retourner dans la cendre ! Il est l’heure de nourrir le Phoenix malade ! L’horreur a un visage ! La bombe ! La bombe ! La bombe ! L’horreur !


  • Corpus occasionnels de poésies et de proses