Contre-révolution pour l'armée des 12 singes

Nous fabriquons de nouvelles armes biologiques pour l'avenir de l'humanité et le contrôle des populations. La mainmise sur la santé publique devient de fait une position stratégique pour la préservation de nos intérêts, c'est à dire ceux de l’élite dirigeante qui façonne le monde. Nous ne pouvons pas laisser la liberté du particulier gangrener un système de gouvernance qui tant à se globaliser et à s'intégrer. Et ce d'autant plus que les différents systèmes sociopolitiques en place de par le monde sont en proie à quelques défaillances structurelles. La capacité des peuples à se soulever et entrer en résistance pour contester toute autorité en période de crise doit absolument être éradiquée. Nous ne pouvons pas tolérer que s'installe un climat de panique, que prospère un sentiment de défiance et un état d’insurrection populaire. Les institutions existantes doivent perdurer quelque soit  l'évolution des conditions économiques, sociales et politiques. C'est une période très difficile pour nous, c'est en effet l'avenir de la gouvernance planétaire qui est en jeu. Pour maintenir notre cap, je préconise une accélération des programmes de contrôles des populations par la biotechnologie car malgré le succès des psycho-technologies, de la création du consentement et de l'influence de l'opinion publique ; nous avons accumulé beaucoup trop de retard dans la gestion des catastrophes qui s'annoncent. Le soulèvement des peuples doit absolument être jugulé. Seule la mise en place d'un système de contrôle par le haut, fruit d'une longue tradition politique, va dans le sens de l'histoire. Nous proposerons le changement de société par les élites et supprimerons toutes velléités de révolution par le bas. Les nouvelles avancées des biotechnologies sont très prometteuses pour accompagner ce projet du nouveau millénaire de réduction de la population et de création d'une nouvelle société à l'image de nos aspirations.
 
Nous relayerons nos actions à travers différents organes propagateurs de la campagne de la peur, incitant sans cesse à la soumission et à l’obéissance. Nous devons dépasser les limites psychologiques de résistance pour soumettre les corps et les cerveaux. Notre projet à long terme n’est assurément pas la sauvegarde de la population mais plutôt une politique planifiée et suffisamment organisée pour aboutir sur le long terme au contrôle parfait de l'individu à travers différentes méthodes pour le rendre objectivement sans défense, soumis, malade, docile, partiellement dépressif ou en tout cas trop faible pour réagir à la triple crise sociale, politique et économique que nous affrontons par cycle et qui perdurera. Si le cadre socioéconomique actuel doit s’effondrer un jour, nous ne pouvons tolérer qu’il soit remplacé par un autre système révolutionnaire jugé plus équitable. Toute manœuvre politique visant a améliorer le sort du monde et inspiré par la contestation populaire ne va pas dans le sens de nos intérêts. C’est à nous qui formons l'élite dirigeante de réagir et de prendre l’initiative de la transformation du monde. Il est de notre responsabilité d'imposer notre propre pensée révolutionnaire et d'orienter les aspirations des peuples. Nous en avons en main tous les atouts pour réussir.